HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Tuesday, April 21, 2015

Interview avec Artisan, Madame Djéneba DAO

Interview avec Madame Djéneba DAO
Auteur du produit de la semaine du 13 au 17 avril 2015

  •          Pouvez-vous nous parler de vous-même ?

- TANTI DJENEBA : Je me nomme DAO Djéneba; à cause de mon handicap je n’ai pas eu la chance d’être inscrite à l’école comme mes camarades. Je suis donc resté à la maison pendant 15 ans à ne rien faire. J’en avais assez de cette situation j’ai donc dit à mes parents que je voudrais apprendre quelque chose et pouvoir me débrouiller par moi-même. J’étais obligé d’insister car mes parents n’approuvaient pas ; ils avaient peur pour la circulation et se demandaient comment j’allais m’y rendre. C’est ainsi qu’on m’a inscrit dans un centre d’apprentissage (Centre de formation des jeunes filles en situation de handicap situé à Paspanga ) en 1991 où j’ai appris le travail pendant quatre ans. J’ai pu apprendre le tricotage, le crochet, la cuisine et c’est aussi là-bas que j’ai appris un peu à lire et à écrire.

  • Pourquoi faites-vous ce travail ? Par contrainte ou par plaisir ?

- TANTI DJENEBA : Quand j’ai commencé la formation c’était parce que je voulais juste me trouver une occupation. Aujourd’hui je peux dire que je fais ce travail par ce que j’en suis une passionnée. Je me donne entièrement à ce que je fais et c’est la seule activité que j’exerce. J’arrive à gagner mon pain à travers cette activité donc je ne peux qu’en être réjouie.

  • A partir de quelles matières confectionner vous vos produits ?

- TANTI DJENEBA : J’utilise du coton pur ou léger pour le tissu. Le reste est un ensemble de mélange ou de mixtures pour obtenir différentes couleurs et motifs. Enfin nous passons à la phase de couture du modèle.

  •            Quels autres types de produits artisanaux peut-on trouver chez vous ?

- TANTI DJENEBA : Outre les tenues je confectionne par exemple des nappes et serviettes de tables, des sacs …Je dispense aussi des formations en la matière. J’ai avec moi en ce moment 04 filles stagiaires qui sont venues pour apprendre le métier.

  •       Comment ça a été après votre formation pour vous faire une place dans le monde du travail ?

- TANTI DJENEBA: Ca n’a pas été facile surtout avec mon handicap. La principale difficulté a été d’obtenir du soutien pour ouvrir mon propre atelier. Un jour nous avons reçu l’aide d’un homme d’Eglise qui nous a permis de nous installer  et de nous faire une place petit à petit.

  •        Cela nous conduit maintenant à vous demander queles sont les principales difficultés auxquelles vous faites faces régulièrement dans le cadre de votre travail ?

- TANTI DJENEBA : Vous savez en toute chose il faut de l’argent. Le gros souci pour moi est de pouvoir trouver du financement pour mes produits. Quand il faut par exemple faire une création et faire la promotion autour du produit cela nécessite de gros moyens financiers. L’autre difficulté c’est l’écoulement. La clientèle locale n’affiche pas un intérêt particulier à ce genre de produit donc nous sommes obligées de guetter les touristes. Il y a des périodes ou le nombre de touristes diminue et nous pouvons passer deux moi sans écouler un seul produit. Néanmoins nous arrivons à participer à des foires nationales et internationales et à certains moments cela nous aide à nous en sortir sinon nous ne pouvons pas entièrement compter sur les achats courants de la clientèle locale. Il faut noter aussi que bons nombres de clients paient à crédit et après il est difficile de recouvrer toutes ces créances.

  •            Est-il possible de disposer du même produit en fonction des gouts de la clientèle et des exigences de la mode ?

-TANTI DJENEBA : Oui ! Nous recevons d’ailleurs plusieurs commandes de ce genre. Le client nous décrit comment il voudrait que le produit soit : couleur ; motifs ; design ; coupure etc… Il y a à satisfaire tous les goûts, toutes les tailles, tous les genres et tous les âges.

  •       Quelle est votre collaboration avec l’association Tigoung Nonma ?

- TANTI DJENEBA : Je travaille avec Tigoung Nonma depuis sa création ; je pense que c’est une belle initiative du moment où cela nous permet d’obtenir un autre canal pour écouler nos produit. Toutes fois j’aurais aimé que TN puisse nous soutenir aussi à travers des fonds pour propulser nos activités.

  •      Votre produit a été retenu comme produit de la semaine à travers les votes du public sur notre page Facebook. Quelles sont vos impressions ?

- TANTI DJENEBA : Je suis vraiment émue. Cela me réjouit énormément. Je remercie tous ceux qui ont aimé le produit sur la page. C’est pour nous dire que nous faisons du bon travail et nous encourager à aller de l’avant en faisant mieux pour les prochaines fois. Je dis merci aussi à l'équipe des volontaires qui ont eu cette belle initiative. Bon vent à vous !

  •       Enfin une dernière question qui vas porter sur votre appréciation sur le travail des volontaires au niveau de TN. Que pensez-vous des volontaires et quels mots avez-vous à prononcer à leur endroit ?

Je ne suis pas aussi fréquente au siège de l’association mais à chaque fois que je m’y rends c’est toujours un réel plaisir pour moi de les voir s’activer. Ce sont des jeunes à la recherche d’expérience certes mais ce sont des jeunes qui ont beaucoup à donner à l’association et du même coup à tous les membres dont moi. Je ne peux que les encourager à aller de l’avant et leur dire merci pour toutes ces énergies qu’ils dépensent tous les jours pour nous. Que Dieu vous bénisse.

  •       Avez-vous un dernier mot ?


Comme dernier mot je tenais à vous dire merci pour tout le travail que vous abattez et surtout d’avoir effectué le déplacement pour cette interview. Je ne saurai terminer sans exprimer toute ma gratitude à l’endroit de International Service. Je lui souhaite bon vent et que dieu leur donne la force de poursuivre leurs objectifs qui sont de bâtir un monde meilleur.



Interview with Madame Djéneba Dao
The dress Madame Djeneba Dao made won product of the week on our facebook page, from the 13th-17th April.

  • Please can you tell us a bit about yourself?


- TANTI Djénéba: My name is Djénéba Dao: because of my disability I didn’t ever have the chance to go to school like other people, instead I stayed at home doing nothing. After 15 years I had enough of this situation, so I told my parents that I wanted to at least learn something and that I would be able to handle it by myself. I had to insist because my parents did not approve; they wondered how I was going to get there as they were worried about me in Ougadougou’s traffic . Thus I was enrolled in a training center for girls with disabilities (located in Paspanga) in 1991 where I was taught for four years. I learned knitting, crocheting, cooking, and it is also there that I finally learned to read and write.

  • Why do you do this job? Out of necessity or for pleasure?


- TANTI Djénéba: When I started training it was because I just wanted to have something to do. Today I can say that I'm doing this because I am passionate. I give myself entirely to what I do and this is the only activity I exercise. I can also earn a living through this activity, which can only be welcomed.

  • What materials do you use to make your products?


- TANTI Djénéba: I use pure or light cotton fabric. The rest is  a combination of single and mixed dyes to obtain different colors and patterns. Lastly there is the sewing phase of the model.

  • What other types of crafts can be found in your workshop?


- TANTI Djénéba: In addition to the outfits I also make tablecloths, napkins, and bags. I also provide training in the field. I have with me right now 4 girl students who are my apprentices. .

  • How was it after your training to get a place in the world of work?


- TANTI Djénéba: It was not easy, especially with my disability. The main difficulty was to get support to open my own shop. One day we received the help from a man of the Church that has allowed us to establish ourselves and gradually find our place in the world.

  • This now leads us to ask what are the main challenges you face regularly as part of your job?


- TANTI Djénéba: You know in all things it takes money. The big worry for me is finding funding for my products. Making such a creation and promoting around a product requires large financial resources. The other problem is the flow of customers: local people will not display a particular interest in this kind of product so we are forced to focus on tourists. There are times where the number of tourists decreases and we can have two months without selling a single product. Nevertheless we can participate in national and international events and at times it helps to get us out if we cannot fully rely on current purchases of local customers. Note also that a large number of customers are paying on a credit basis and after it can be difficult to recover all of the money.

  • Is it possible to have a product, such as this dress, personalised to a customer’s requirements or tastes?


-TANTI Djénéba: Yes! Moreover we receive many orders of this kind. The client can describe how they would like the product to be: color, size, design, cut etc . The product can be made to satisfy all tastes, all sizes, all styles and ages.

  • What is your collaboration with Tigoung Nonma association?


- TANTI Djénéba: I have worked with Tigoung Nonma since its creation; I think this is a great initiative that offers us a chance to obtain another channel to sell our product. All times I wish TN could also support us through funds to forward our business.

  • Your product has been selected as the product of the week through the public votes on our Facebook page. What are your impressions?


- TANTI Djénéba: I'm really excited. This pleases me greatly. I’d like to thank all those who liked the product on the page. This assures me that we are doing good work and encourages us to move forward by doing even better next time. Thank you to the team of volunteers who had this great initiative. Good luck to you!

  • One last question, what is your assessment of the work of volunteers at TN. What do you think of the volunteers and is there anything have to say about them?


- TANTI Djénéba: I'm not often at the headquarters of the association but every time I go it's always a real pleasure to see them active. These are young people looking for experience, but they are young people who certainly have a lot to give to the association and also to all members including myself. I can only encourage them to go ahead and thank them for all the energy they give every day for us. God bless you.

  • Do you have anything else you’d like to add?


- TANTI Djénéba:
As a final word I wanted to say thank you for all the work you carry you do, especially to have made the trip for this interview. I shall not finish without expressing my gratitude to the International Service team: I wish them good luck and hope God gives them the strength to pursue their goals to build a better world.



No comments:

Post a Comment